L’Afrique du Sud entre potes !

L’Afrique du Sud entre potes !

Par Gabin Primault @gabinprlt

J’ai longtemps hésité entre vous parler de mon premier voyage en Afrique du Sud avec ma famille ou le second avec trois de mes meilleurs potes. Même si la première fois était tout simplement incroyable de tous les points de vue, je n’avais rien organisé vu que c’était mes parents étaient aux manettes (pratique !).

Le second était plus personnel, motivé par l’envie de partager un moment exceptionnel avec mes amis d’enfance. Ce voyage, nous l’avons réalisé en 2016. Je me souviens encore parfaitement quand nous avons décidé de nous lancer dans ce projet. Je suis dans ma cuisine, mi-octobre, avec un de mes futurs compagnons de voyage et on se remémore une discussion que nous avions eue au collège. « À 18 ans, on se barre à l’autre bout du monde. » Il n’en fallait pas plus pour nous motiver.

image : https://www.vintagerides.com/voyage-moto/afrique-du-sud/

La première étape était de trouver la destination. L’Australie ? Oui mais le pays est relativement cher pour passer un mois sur place. La Nouvelle-Zélande ? Carrément… Coup dur, en août c’est la saison des pluies. Je propose alors l’Afrique du Sud. Petite réticence au début avant de finalement accepter. Banco pour le pays de Nelson Mandela !

Deuxième étape, trouver l’équipe. Nous ne voulions pas être trop nombreux car pour un road trip à l’autre bout du monde, il faut minimiser les chances d’embrouilles. Puis plus on est, plus on rigole. Mais plus on est, plus c’est galère pour l’organisation. Dix secondes plus tard, comme une évidence, elle est formée. Nous partirons à quatre.

Troisième étape, économiser. Chacun à sa manière. Perso, j’ai travaillé toute l’année à Ouest-France. Un taf plutôt cool qui me permettait d’être sûr d’avoir l’argent nécessaire. Le seul problème était de rester concentrer sur les cours car je venais de rentrer en L1 économie et gestion. Autant vous dire, que ma tête n’était pas souvent aux révisions.

Quatrième étape, tout organiser. Nous nous donnions rendez-vous un dimanche matin par mois. Ça nous permettait d’avancer tranquillement et d’étudier les différentes possibilités. A 19 ans, louer une voiture était impossible puisqu’il fallait trois ans de permis. Très rapidement, nous avons opté pour utiliser le Baz Bus. C’est un bus qui t’emmène d’auberge de jeunesse en auberge de jeunesse. Une pépite. En trois mois, notre itinéraire était fixé. Les auberges réservées et les billets d’avion pris. Il n’y a plus qu’à.

Nous sommes partis début juillet, le jour du quart de finale de l’Euro 2016 entre la France et l’Islande. Une belle victoire des Bleus, bon présage ? Nous débarquons à Durban en fin de journée. Pendant quatre jours, nous arpentons les rues de la ville, mangeons des Bunny Chow (plat local) en regardant la mer, vibrons lorsque Paul Pogba s’amuse avec Mustafi avant que Griezmann n’offre la qualification en finale à la bande à Deschamps. Bref, le pied.

Prochaine destination ? Umtentweni. Une petite ville sur la côte est. Nous aurions pu vivre la plus belle journée de notre vie là-bas si le Portugais Eder n’avait pas eu l’idée de se trouver un pied droit pour battre la France en finale de l’Euro… Deux heures avant, nous étions en train de faire de la tyrolienne au-dessus des girafes à Oribi Gorge. Le canyon est tout simplement sublime, on se croirait sur le toit du monde.

auberge de jeunesse Umtentweni
Oribi Gorge

Nous filons ensuite sur les terres de Nelson Mandela près de Mthata, plus précisément au Bulungula. Pour se reposer tout en étant proches de la population, c’est l’endroit idéal. Le cadre y est paradisiaque. Le Bulungula Lodge est tenu par la communauté locale et permet de vivre l’expérience d’un village Xhosa. J’y étais déjà allé avec mes parents, et je peux vous dire que j’y retournerai.

Nous quittons la côte sauvage pour Addo Elephant, près de XXX. Nous n’allions quand même pas aller en Afrique du Sud sans faire un safari. Nous nous retrouvons avec un Sud-Africain qui a grandi juste à côté de la réserve et qui la connaît donc comme sa poche. Le lever aux aurores ne pique pas trop tant l’excitation est palpable. Nous montons dans son 4×4 et nous vivons une journée de malade entouré d’éléphants, de buffle, zèbres, girafes… Personnellement, depuis cette expérience, je ne peux plus mettre les pieds dans un zoo.

Après les animaux de la savane, nous décidons de voir ceux de l’Océan Indien. Direction Plettenberg Bay, rencontrer les baleines. Rien que ça. Nous avons aussi pu apercevoir un requin et la masse de phoques lors de notre promenade dans la réserve Robberg. On n’était un peu dans 30 millions d’amis mais sans chiens, ni chats…

Après ces moments incroyables, nous nous sommes retrouvés à George, la seule erreur de destination dans notre programme. Nous n’avions pas fait des recherches très poussées sur cette ville et nous l’avons un peu regretté. Les traces des colonies hollandaises y sont encore très visibles du coup, je ne vais pas m’étendre sur le sujet. Mais ça reste une expérience comme une autre.

Après cette petite parenthèse, nous arrivons à Hermanus. Petite ville sur la côte au charme indescriptible. Manger sur une terrasse et voir des baleines faire des sauts dans l’Océan Indien, atypique comme repas non ? Nous avons dû faire quinze fois le tour de la ville tant on a aimé.

Nous sommes déjà à la fin de notre voyage. Mais quelle fin ! Entre terre et mer, le Cap est une carte postale remplie d’histoire avec à son large, la prison dans laquelle Nelson Mandela est resté pendant vingt-sept ans : Robben Island. 

La visite est réalisée par un ancien détenu de la prison, impossible de rester insensible. On mesure la cruauté dont peut faire preuve l’être humain, mais aussi de toute sa force quand cet homme trouve le courage de nous parler de son histoire avec une telle humilité. 

Ensuite, nous sommes allés manger une pita sur le seafront pour nous remettre de nos émotions. Nous avons également visité Bo-Kaap, un quartier aux milles couleurs, et nous sommes montés en haut de la montagne de la Table pour avoir une vue imprenable sur la ville… Grandiose !

Je ne sais pas si j’ai pu vous donner envie d’aller à la découverte de la nation arc-en-ciel mais j’espère que vous avez aimé ce récit. Si je peux vous donner un conseil lorsque vous organisez un road trip, outre le fait de bien s’informer sur la destination, c’est de rester assez souple. Laissez-vous surprendre par votre destination. Tous les livres ou blog que vous avez pu lire sur votre voyage ne sont qu’une pâle copie de ce qui vous attend. Alors n’hésitez pas, voyagez !

30 comments

Laisser un commentaire