Jeune femme – je suis partie au bout du monde pour travailler, voyager et me construire

Jeune femme – je suis partie au bout du monde pour travailler, voyager et me construire

Par Samia
instagram : @samiaouafir

Hijabi on the road – Épisode 2

« Hijabi On the Road » c’est un espace dans lequel on donne la voix aux femmes qui ont envie de partager leurs expériences, leur vécu, leur talent, leur ive ! Foulard, Turban, Cheveux, Crâne rasé à ton clavier <3 !

Le 25 janvier 2019, ma vie de jeune femme allait prendre une tournure. Non ce n’était pas une demande en mariage ou la naissance d’un enfant mais bel et bien un voyage à l’autre bout du monde qui m’attendait. Vous vous demandez sûrement où ? Eh bien laissez-moi vous faire deviner. Le pays est multiculturel, possède des millions d’habitants (bon je pense que je ne vous aide pas trop là..), sa superficie est de 7 686 850 km soit presque plus grande que l’Europe.

(Dingue non ?) Et enfin dernier indice l’animal le plus célèbre qui y réside est le kangourou. BINGO l’Australie !!!
Let’s start du début (oui parce que je parle anglais maintenant). L’idée m’est venue grâce à mon frère, qui lui avait déjà vécu cette aventure pour une durée d’un an. Dès son retour à la maison, au moment de son débriefing, il avait provoqué en moi l’envie de faire de même. Des anecdotes à n’en plus finir, une succession de rencontres avec des personnes des quatre coins du monde, des peurs qu’il avait affrontées tout seul, une nouvelle langue acquise, en plus des nombreux paysages qu’il avait vu. Cette expérience l’avait grandie ! Si ça ne donne pas envie de partir à l’aventure !
Le bon moment, c’était maintenant. La fin de mes études ainsi que mon contrat arrivait à terme. Mes parents étaient d’accord même si je ne vous le cache pas qu’ils étaient inquiets à l’idée de voir leur fille partir au bout du monde. Rien ne me retenait à ce moment là. Je savais que j’allais partir mais où exactement ? Comment j’allais gagner ma vie surtout en ayant un niveau d’anglais minime ? Un flou total.


En me renseignant sur internet, j’ai trouvé qu’il y avait une possibilité d’exercer le métier de fille au pair. Cela consiste à s’occuper d’un ou de plusieurs enfants chez une famille d’accueil pour une durée déterminée, tout en étant nourri et logé gratuitement ainsi qu’en percevant de l’argent de poche chaque semaine. (Pas mal le combo non ?) J’ai ensuite enchaîné plusieurs entretiens avec des familles complètement différentes, malheureusement mon niveau d’anglais ne me permettait pas d’échanger correctement… ce qui a expliqué ma difficulté à la trouver. C’est en persistant et en étant déterminée que j’ai enfin trouvé la famille, avec laquelle j’allais vivre mes 6 prochains mois.


Conseils:

  1. Évitez de chercher votre future famille d’accueil sur le réseau social facebook, car malheureusement il n’y a pas de contrat entre vous contrairement à des agences spécialisées de jeune fille au pair.(ex: www.aupairworld.com)
  2. Afin que vous soyez plus à l’aise à l’entretien par vidéo conférence, listez toutes les questions nécessaires même bêtes qu’elles soient afin d’avoir un maximum d’informations sur la famille, n’oubliez pas de vous décrire et surtout montrer votre motivation.
  3. Si votre niveau d’anglais est assez faible, je vous déconseille de choisir une famille avec des enfants qui maîtrisent la langue. Le manque de communication pourrait être un réel problème dans la gestion au quotidien.

L’étape suivante, était d’obtenir un visa qui allait me permettre de rester sur le territoire Australien, pour une durée d’un an maximum (renouvelable avec conditions). Son prix est d’environ 250-300 euros. J’ai par la suite, opté pour une assurance maladie annuelle que j’ai payé 400 euros. Elle n’est pas obligatoire mais je la conseille fortement car les frais de santé sont relativement très élevés. (Donc partez sereins) Et enfin, c’était l’heure de réserver mon billet afin de concrétiser mon voyage. J’ai donc pris un aller simple car je ne savais ni quand et où sera mon retour.
La veille de mon départ, plusieurs émotions naissaient en moi, l’excitation, la peur, la tristesse, l’inquiétude ect.. (puis ce n’était pas une bonne idée de regarder les mauvaises expériences de fille au pair sur YouTube..). Je ne pouvais plus revenir en arrière et au pire ?? Si mon expérience n’était pas à la hauteur de mes attentes je n’avais qu’à prendre un billet retour et l’affaire serait réglée ainsi je n’aurais pas eu de regret. (Anyway je devais partir.)


Conseil :

  1. Partez avec un budget de côté cela vous permettra de rebondir au cas où votre situation ne se passe pas comme prévu. Pour ma part je suis parti avec 2000 euros.

Bien arrivée à Brisbane, ville située au nord Est de l’Australie, dans ma nouvelle maison. Je me souviens comme si c’était hier de mes premiers instants. Un environnement complètement différent, des arbres tropicaux, de nouveaux sons d’oiseaux ect… c’est donc à ce moment précis que j’ai réalisé que j’étais à plus de 10 000 km de chez moi. Mes parents d’accueil m’ont considéré directement comme un membre de leur famille. (Le père m’appelait « ma cha Allah » parce que c’était le seul mot en arabe qu’il connaissait haha). Ils respectaient ma religion, m’achetaient de la viande halal et évitaient de cuisiner du porc juste pour moi.. j’appréhendais justement d’être mise à l’écart mais pas du tout.
Durant 6 mois, je me suis occupée du plus mignon petit être humain qu’il puisse exister. Cela m’a énormément appris sur les enfants, moi qui n’avais aucune expérience auparavant. J’ai gagné en maturité, créativité, responsabilité et en patience. Mon niveau d’anglais s’améliorait de jour en jour à force de pratiquer avec la maman, d’ailleurs elle était comme une grande soeur pour moi, toujours à me conseiller, complimenter et me soutenir bref une femme en or. Une autre rencontre a embelli mon aventure. Une personne avec qui j’ai dépensé tout mon temps libre et partagé des moments inoubliables. (Comment j’ai osé avoir peur de la solitude.)
Avec, j’ai pu visiter une multitude d’endroits que l’Australie pouvait m’offrir. Voilà quelques adresses que j’ai pu découvrir.

  • Brisbane :

Ma ville coup de cœur. Elle a la réputation d’être ennuyante car pas tellement de choses à faire mais personnellement je ne m’en suis pas lassée. J’ai tout simplement aimé la vibes qu’elle propageait, ses parcs, son jardin botanique ainsi que ses bâtiments m’ont charmé. Pas de plage mais une grande piscine est accessible au centre-ville face à la rivière.

  • Springbrook et O’reily :

Pour les amoureux de la nature, ce sont deux parcs nationaux. Un régal pour les yeux, des cascades, une forêt tropicale ainsi que des vues impressionnantes. Enfin si vous êtes chanceux, vous pouvez croiser des kangourous et koalas sur la route, c’est d’ailleurs ici que je les ai vus pour la première fois. (Quelle mignonnerie !)

  • Noosa :

Petite ville localisée à peu près à 140 kilomètres de Brisbane. Noosa est connue pour ses plages dorées et ensoleillées qui font parties des plus belles plages d’Australie. Il y a également une randonnée à faire dans le parc national de Noosa où vous pouvez être susceptible de voir des koalas et même des dauphins au loin. Personnellement j’y suis restée le temps d’une journée car le lendemain j’avais réservé un tour touristique sur l’une des îles les plus connues d’Australie.

  • Fraser Island:

Connue car elle est la plus grande île de sable au monde. Au sommaire : une forêt humide, des dunes de sable, une piscine naturelle ainsi que des lacs ( dont le lac Mckenzie qui est juste waw!) L’attraction qui fait de cette île, une île assez spéciale est la conduite d’un 4×4 tout au long d’une plage sauvage. Sur cette île, vous aurez l’occasion de voir des dingos (chien sauvage assez dangereux) et pleins d’autres espèces.

  • Gold Coast :

À peu près à 1h de route de Brisbane. Cette ville porte bien son nom « la côte d’or ». C’est un peu le Miami de la côte Est Australienne. Elle est réputée pour ses hauts buildings, ses spots de surf et ses longues plages dont la plus connue « surfer paradise ».

  • Moreton Island :

Une île à faire ! J’ai eu la chance d’y passer une journée. Au programme : snorkeling où j’ai pu observer plein de poissons ainsi qu’une épave de bateau sous l’eau, du kayak et même une activité que je n’avais jamais faite de ma vie le sandboarding (surfer sur le sable c’est pas mal aussi non ?)

  • Byron Bay :

C’est pour moi une des villes à visiter sur la côte Est ! Surnommée « la ville la plus cool » et ce n’est pas pour rien! On peut y trouver des surfers se baladant pieds nus, énormément de restaurants et boutiques atypiques. On s’y sent détendu et on peut remarquer une ambiance « hippie » qui y ressort. Vous avez la possibilité de surfer, bronzer mais aussi vous balader jusqu’au phare de Byron où vous pourriez potentiellement apercevoir des baleines (j’en ai vu deux au loin j’étais impressionnée !!). D’ailleurs j’ai profité de l’occasion d’être dans la période de migration de baleine pour réserver un tour afin de pouvoir les observer de près. (www.outoftheblueadventures.com est l’agence que j’ai choisi si ça intéresse) 1h de balade en bateau avec la garantie d’en croiser pas mal. J’ai ressenti une sensation juste incroyable ! Je savais plus où donner de la tête, de loin, de près, j’en ai même vu sauter ! Quel souvenir !

  • Les whitesundays et la grande barrière de corail :

Le meilleur pour la fin. C’est THE truc à faire si vous posez vos pieds sur le territoire Australien. À plus d’une heure de vol de Brisbane, j’ai atterri à Airlie beach. Cette place envoyait déjà du lourd ! Des milliers de palmiers en vue, plages et piscine à disposition au milieu de la ville. Très touristique car elle est le lieu de départ de beaucoup de croisière pour avoir accès aux whitesundays. J’ai opté pour la formule 3 jours/ 2 nuits sur un grand catamaran. On était une vingtaine à bord, bonne ambiance, musique, jeux de cartes, séance de bronzage mais pas que… snorkeling et la visite de la fameuse plage au sable blanc étaient la raison de ma venue. Whitehaven beach, classée parmi les plus belles plages au monde et en effet je n’ai pas de mot pour la décrire… vous pouvez apercevoir des raies et des baby shark (oups désolé si je vous ai mis la chanson dans la tête). L’une des choses qui m’a le plus émerveillé durant cette croisière, c’était le ciel étoilé à la tombée de la nuit et croyez-moi qu’au beau milieu de l’océan on ne voyait que ça ! C’était dingue ! J’ai même aperçu 2 étoiles filantes. Ces trois jours sont passés énormément vite, je suis rentrée sur Airlie beach avec des souvenirs plein la tête et je n’étais pas au bout de mes surprises. En effet, l’après-midi j’avais réservé un vol afin de survoler la grande barrière de corail (classée au patrimoine de l’UNESCO). J’étais bouche bée du début jusqu’à la fin. Je n’arrivais pas à réaliser que ce paysage était réel. Je vous jure vous devez le faire !! Le vol coûte environ 200 dollars mais ça les vaut !

Grande barrière de corail.

Whitehaven beach.

Brisbane.

Fraser Island, Lac Mckenzie.

Gold Coast.

Fraser island.

Moreton Island.

On the road.

Springbrook.

Mon gars sûr.

Byron Bay, durant la période de migration des baleines (de juillet à octobre).
Plusieurs mois se sont écoulés, j’avais l’impression d’avoir vécu ce que j’avais à vivre. Pourquoi ne pas finir le reste de mon aventure à Sydney ?? Cette idée me trottait dans la tête pendant quelques jours. Même si je me sentais tellement bien avec ma famille d’accueil, c’était l’occasion de sortir de ma zone de confort en partant vers l’inconnu. J’ai donc sauté le pas. Premier jour à Sydney, comment vous dire que j’étais perdue… pas un mot n’est sorti de ma bouche à part pour exprimer mes peurs à mon frère. Je ne savais ni où j’allais me loger, travailler ou même rencontrer des personnes. Gros moment de doute (oui oui déjà). Facebook m’a totalement aidé dans mes démarches. En effet, plusieurs pages sont à disposition tels que « Les Français à Sydney », « Les musulmans en Australie » et plein d’autres encore. Elles vous permettront de vous aider à trouver votre futur job, colocation ou tout simplement faire des rencontres. Ma première mission était de trouver où j’allais dormir, j’ai donc opté pour une colocation entre filles que j’ai trouvée via l’application « flatemate ». Pour info la colocation est le moyen le plus économique pour se loger à Sydney mais aussi rencontrer des personnes des quatre coins du monde. Ensuite, ma priorité a été de trouver un travail au plus vite, j’ai donc posté une annonce sur facebook pour exercer le métier de Baby-sitter (vu que j’avais de l’expérience dans ce domaine là). La différence avec fille au pair est que le revenu est calculé à l’heure (en moyenne 20-25 dollars/h) cependant vous ne résidez pas chez la famille.
Mon second job, je l’ai trouvé grâce à une fille avec qui j’ai échangé sur facebook, elle m’a tout simplement proposé de la remplacer. Ce travail était de faire la plonge dans un restaurant Australien très connu à Sydney. Durant mon heure d’essai, je n’étais pas du tout à la hauteur des attentes du patron. Bien évidemment, je n’avais aucune expérience dans ce domaine (le mytho sur un CV ça paie pas), pas assez dynamique pour ce genre de restaurant et j’étais tout à fait d’accord avec lui, j’étais trop lente. Étant déterminé, j’ai donc insisté pour rester quelques minutes de plus mais le patron a totalement refusé car il n’avait pas les moyens de me payer. Je lui ai donc proposé d’effectuer ce travail gratuitement le temps d’une journée pour lui faire part de ma motivation. Le deal était conclu. Au pire j’avais acquis une expérience au mieux j’avais le job ! Et vous savez quoi ? J’ai signé mon contrat le lendemain. Cette petite anecdote pour vous prouver que l’audace et la détermination paient toujours.
Tout allait très vite à Sydney, en deux semaines, j’avais de quoi gagner ma vie, mon logement et fait quelques connaissances. En parlant de connaissances, j’ai rencontré de merveilleuses filles (Merci facebook). On s’entraidait, s’encourageait et dès qu’on le pouvait voyager.

  • Sydney:

La ville la plus touristique de l’Australie est pour cause, elle possède un des symboles de ce pays,l’opéra house. Je pense que vous l’avez sûrement aperçu à la TV, en photo ect… Son design ne laisse pas indifférent. Mais Sydney ne se résume pas qu’à ça. Ses quartiers, ses parcs, ses musées ainsi que ses plages font de cette ville, une ville unique. Pour info, ce n’est pas la capitale de l’Australie mais bien Canberra. Personnellement, ma première impression n’a pas été au top. Je l’ai trouvé trop peuplée et bien plus sale que Brisbane mais au fil du temps j’ai vraiment eu un plaisir à y vivre.

  • Anna bay :

A plus de 2h de route de Sydney, vous auriez l’occasion de découvrir un endroit complètement peaceful. Des plages sauvages mais surtout des dunes de sable vous permettront de vous évader le temps d’un instant. Plusieurs activités sont proposées, sandboarding, balade en quad ou même à chameaux (des chameaux en Australie oui oui !).

  • Blues mountains :

À moins de 2h de la ville en train, ce parc national est un réel bonheur pour les yeux. Une vue époustouflante sur une forêt d’eucalyptus vous laissera sans mot. D’ailleurs vous pourrez observer une couleur bleutée dans l’atmosphère, elle est due à la combinaison d’huiles d’eucalyptus, de vapeur d’eau ainsi que de lumière, d’où le nom les « blues mountains ». Plusieurs randonnées sont à faire, elles vous conduiront à de nombreuses cascades. Pour moi, c’est un endroit incontournable si vous passez quelques jours à Sydney.

  • Palm beach:

Péninsule très sympa à voir. Une petite balade vous mènera tout en haut d’une colline, ainsi vous pourriez contempler la baie et deux plages au sable orange.

Icebergs pools, bondi Beach.

Opéra house, Sydney.

Sunset, Sydney.

Anna bay.

Anna bay. (Preuve à l’appui).

Moi, complètement heureuse. Anna bay.

Blues mountains.

Blues mountains, waterfall.

J’ai profité à fond même si je bossais 7/7j afin de pouvoir payer mes prochains voyages après l’Australie (d’autres surprises m’attendaient).
Durant mon dernier mois, j’ai voulu visiter Melbourne, la fameuse ville au sud Est de l’Australie. Célèbre pour son côté artistique, et en effet ses buildings assez modernes ainsi que la « street art » font le charme de cette ville. Ce que je vous recommande absolument, est de réserver un day trip pour découvrir la fameuse « great ocean road » qui ne se trouve pas loin de Melbourne. Une route de plusieurs centaines de kilomètres, tout le long de l’océan, vous conduira aux 12 apôtres (tour de calcaire dans l’eau). Des paysages à couper le souffle face à l’immensité de l’océan sont garantis !

Melbourne.

Melbourne.

Street Art, Melbourne.

Great Ocean Road.

Great Ocean Road, 12 apôtres.
Les dernières semaines, je les ai passé à Brisbane auprès de ma famille d’accueil enfin ma famille tout court maintenant, je ne pouvais pas quitter l’Australie sans les revoir. À l’heure actuelle, j’ai toujours des nouvelles des personnes qui ont marqué mon aventure. Tout ça, pour vous dire que cela ne s’arrêtera pas à la frontière.
Maintenant venons au plus important. Qu’est ce que cette aventure m’a apporté ?

  • Une meilleure confiance en moi.

Partir toute seule dans un pays à plus de 10 000km de la France et revenir en ayant un sentiment d’accomplissement, d’avoir réussi à gérer des situations, prendre les bonnes décisions, accomplir mes objectifs ect… tout cela à prouver que j’en étais capable et a renforcé ma confiance.

  • L’apprentissage d’une langue étrangère.

Parce qu’à part la phrase « kiki, do you love me? » je ne connaissais pas grand chose. Après un an d’immersion dans un pays anglophone, mon niveau d’anglais est assez correct même si j’ai encore du boulot (oui on ne devient pas bilingue en un an). Cela engage beaucoup d’efforts personnels. Je vous conseille de trouver un domaine qui vous intéresse afin de ne pas vous lasser, de lire pour imprégner un maximum de vocabulaire, d’être curieux, de ne pas faire l’impasse sur la grammaire et enfin, surtout de parler avec les natives.

  • La découverte d’un pays:

L’Australie possède une flore et faune incroyable. Des milliers de souvenirs sont ancrés dans ma petite tête. Un gros conseil, ne restez pas dans un seul endroit. Profitez dès que vous avez l’occasion de voyager. De plus, j’ai trouvé que les Australiens étaient ouverts d’esprit que ce soit par rapport à la culture, la religion ect… Pas de jugement, chacun fait sa vie.

  • Une succession de rencontres:

Etant de base de nature réservée, cela ne m’a pas empêché de faire des centaines de rencontres et m’a au contraire permis de m’ouvrir aux autres. Dans la rue, au travail, pendant des tours touristiques, sur facebook ect… vous l’auriez compris, c’est très simple de faire des rencontres. (Donc n’ayez pas peur de la solitude, vous trouverez une ou plusieurs personnes qui vous accompagneront tout au long de cette aventure.)

  • Le salaire:

En Australie, il y a beaucoup d’opportunités pour les étrangers de trouver un travail surtout si vous êtes déterminés. Le salaire est plutôt correct voire très bon pour certains métiers, cela vous permettra d’économiser facilement.

Bon parlons des petits points négatifs.

  • Être loin des siens:

Certes vous allez être accompagné tout au long de votre voyage mais le manque de vos proches peut se faire ressentir surtout quand vous ratez les anniversaires ou même les mariages. Heureusement que les réseaux sociaux existent. Pour ma part, j’étais tellement reconnaissante d’être là où j’étais que je n’avais pas le droit d’être triste.

  • La nourriture Australienne:

Pas fameux… très grasse puis apparemment beaucoup plus d’hormones et de sucres sont introduits dans certains aliments. (J’ai d’ailleurs pris 7 kilos…)

Ce voyage a été tellement bénéfique et je sais que j’y retournerai si Dieu me le permet (et oui j’ai encore la côte Ouest à découvrir..). D’ailleurs, de nombreux backpackers prolongent leurs visas ou reviennent avec un visa touriste dans le pays des kangourous, et si l’Australie a autant de succès c’est grâce à son niveau de vie (Salaire, environnement, sécurité, santé ect…) et je tiens même à dire qu’il a été élu le pays le plus heureux au monde.
Et vous, vous partez quand ?

En tout cas, j’espère que cet article a pu encourager certaines personnes à pouvoir sauter le pas.
Bon je vous laisse, j’ai une petite sœur à convaincre (vu que c’est une histoire de famille maintenant).

69 comments

Laisser un commentaire