Calais, une situation de crise

Calais, une situation de crise
Aider les autres pour s’aider soi !
Donner un week-end, une semaine de sa vie pour les plus démunis.
Année sabbatique, stage de master, Utopia accueille des bénévoles de tout horizon.
Un horizon sombre pour les migrants, difficile à entrevoir à travers les barricades, les grilles, le béton des tunnels.
Gris pesant est la couleur du ciel.

Les bénévoles se font plus qu’ils ne se défoncent tant l’humanisme devance l’égoïsme et la fatigue physique et psychologique d’un combat sans fin mais tellement humain.

Espace de transition, souvent synonyme d’instabilité économique, démographique, culturelle, politique, Calais est aujourd’hui exposé à une autre type de crise : celle des migrations forcées.

C’est de part sa situation géographique que Calais connait des tensions. Ville frontière entre la France et l’Angleterre, elle s’expose un des passages de plus en plus intenses d’exilés économiques et politiques. Afghans, érythréens, éthiopiens pour la plus part, ils sont victimes chez eux de violences, d’harcèlements, de raideurs politique, et d’asservissement.

 

Les réfugiés ou migrants de Calais souhaitent atteindre le Royaume-Uni par voies terrestres (tunnel sous la manche) ou maritimes (bateaux, ferries). Leur présence à Calais ne devrait donc pas s’éterniser, seulement voilà : les gouvernements français et britannique mènent tout deux des politiques rigoureuses et répressives vis à vis de ces exilés.

Cela à entraîner la construction d’une « jungle » de près de 8000 personnes jusqu’à octobre 2016. À cette date, l’État décide de démanteler la jungle et les migrants sont éparpillés ailleurs en France ou à Calais.

Elle était constituée de tentes, de cabanes en taules, en cartons, sensibles aux intempéries quotidiennes de l’extrême nord français. 8000 personnes y vivaient donc, soutenus par des associations, des bénévoles qui assuraient des repas, des soins et des vêtements chauds.

Aujourd’hui, la « jungle » n’étant plus, les associations comme Utopie 56, RCK, l’Auberge des Migrants s’organisent autour d’un centre de distribution. On y trouve, vêtements, produits hygiéniques, cuisine aménagée, réserve de bois, point presse, school et info bus.

Ces associations ont besoin de NOUS pour assurer l’aide vitale aux exilés. Chaque jour, plusieurs équipes véhiculées partent en distribution vers 4 points relais. Là-bas, les migrants attendant leur nourriture, les vêtements d’urgences.

Une autre équipe dite « team vulnérable » s’occupe d’assister les exilés ayant besoin de soins médicaux : pansements, virus, blessures… Cette équipe est composée d’infirmiers et de volontaires circulant des rues vers les hôpitaux et les commissariats de Calais.

Étudiants en médecine, infirmier, géographe, juriste, linguiste, vous pouvez vous mobiliser pour un week-end, une semaine, un mois et même faire votre stage de Master au près des migrants. Être utile aux autres, c’est avant tout s’aider soi même.

Rejoignez :

http://refugeecommunitykitchen.com

http://www.utopia56.com/en

 

À Paris, la situation des migrants est tout aussi précaire mais elle se traduit par une volonté de s’installer et de travailler en France.

La situation de crise s’exprime par des frictions entre les familles et les forces de l’ordre, par des réseaux de trafics (prostitution) etc…

Une journaliste et bénévole chez Utopia nous explique la situation :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *